Sérieux ou comique, spirituel ou scientifique, sentimental ou politique, sportif ou cinématographique, gentil... ou peut-être pas... Un blogue comme moi, quoi!

samedi 21 avril 2012

La fin de ton entrée dans l'éternité

Il y a quinze ans, à 9h00, une grosse roche tombait du cap et écrasait une voiture sur la rue Sous-Le-Cap, à Québec. Au même moment, le Cap-Blanc perdait un de ses fils qui tombait de sa grue au Port de Québec. Tu es décédé sur le coup.

Ça fait quinze ans aujourd'hui, P'pa, que tu as terminé ton entrée dans l'éternité. Je ne sais pas ce que tu fais, je ne sais pas de quoi tu as l'air. Je sais juste que tu es heureux et que tu veilles sur nous. Je le sais car à plusieurs reprises ces quinze dernières années il m'est arrivé un tas de trucs où j'ai cru voir ta signature, ta façon de faire, ton clin d’œil, ton amour et ton humour. Je l'ai remarqué surtout lors de problèmes d'emplois. Tu as toujours eu une dévotion à saint Joseph, patron des travailleurs et des travailleuses, et j'ai l'impression qu'il est un de tes grands chums là où tu es!

Nous n'avons pas souvent parlé profondément et longtemps. Nous n'en avions peut-être pas besoin. Mais depuis quinze ans ça me manque. Combien de fois j'aurais aimé avoir ton avis sur un tas de choses, notamment nos autos, la maison, les impôts, les assurances, ceci et cela... Maintenant que j'ai une vie qui ressemble à celle que tu avais dans mes souvenirs, je pourrais avoir une conversation en adulte avec toi. Oh! Je le fais. Je ne m'en prive pas. Je te parle souvent. Mais ta présence physique me manque.

Aujourd'hui, nous fêtons l'anniversaire du baptême de mon fils Émile. Ça fait dix ans aujourd'hui. Demain, ce sera la première communion de Victoria, la plus vieille de Michel. C'est drôle tout de même que cinq ans après ta mort notre fils entrait dans l'Église, Corps du Christ, par le baptême et que dix ans après, notre nièce va communier pour la première fois au Corps du Christ... Aucune date n'était arrangée. Nous avons juste dit oui aux propositions des responsables de ces événements. Un autre clin d’œil?

Merci d'être autant présent pour nous. Merci de nous accompagner. Merci de nous aimer encore et peut-être plus et mieux qu'avant! Continue à nous aider à être et à devenir de plus en plus des personnes heureuses, libres, en santé, solides et aimantes!

Je t'aime P'pa!
XXX

dimanche 8 avril 2012

Mes premières funérailles

J'ai présidé hier mes premières funérailles. La demande m'est arrivée mardi, j'ai rencontré une des soeurs de la défunte mercredi et à partir de ce jour-là ma tête, mon horaire et mes nerfs ont été centrés sur cet événement. Je suis content de ma préparation mais je regrette de m'être difficilement arrangé dans mon horaire... Ce sera à travailler...

Je pense que les conditions idéales étaient réunies pour faire de cet événement une sorte de "stage" pour "président débutant en formation": une famille accueillante et indulgente, plusieurs personnes que je connaissais et avec lesquelles je suis à l'aise, l'ouverture des personnes présentes, leur chaleur humaine, leur nombre et le temps liturgique (le samedi saint, entre la mort du Christ et sa résurrection). J'avais manifesté mon inquiétude à plusieurs personnes et le soutien spirituel que j'ai reçu m'a porté solidement et profondément. L'accompagnement de la secrétaire de la fabrique, du sacristain et de la directrice de la chorale m'a été d'un grand secours! Les conseils avisés de plusieurs personnes m'ont permis de bien m'orienter.

Le meilleur conseil que j'ai reçu est sans doute celui de prendre le temps. C'est ce qui m'a guidé le plus dans mes gestes et même dans mon attitude de fond.

Je préside de temps en temps des célébrations d'adieu au salon funéraire. J'aime la chaleur et la liberté que permet ce type de célébration. J'avais peur que le cadre liturgique des funérailles à l'église et la grandeur du bâtiment m'étouffent et me briment dans mes élans, mes idées et ma chaleur humaine. Il n'en fut rien! La liturgie des funérailles est bien pensée, bien montée et permet beaucoup de choix et de latitude, en tout cas bien assez pour moi! Je me suis senti à l'aise, "moi-même" dans plusieurs de mes couleurs à chaque étape de la célébration. La grandeur de la bâtisse? Je me suis placé sur la première marche du choeur, aussi proche que possible des gens. Ce fut une bonne idée! 

Le résultat? J'en suis émerveillé! On m'a beaucoup et chaudement félicité après la célébration. Une dame m'a même remis un souvenir pour que je m'en rappelle. On m'a notamment fait remarquer mon calme et ma sérénité. C'est vrai, je me sentais bien à présider cette célébration. Il semble que ça a paru. Ma préparation, le soutien spirituel reçu, mon attention à prendre le temps, la grâce d'aimer les gens présents, grâce que j'avais demandée et que j'ai reçue, ont contribué à faire de cette célébration un moment de douceur, d'accueil, de tristesse, de joie et de fraternité.

À vous qui m'avez soutenu par la prière: merci!
À vous qui m'avez prodigué des conseils et fait des suggestions: merci!
À vous qui m'avez aidé à préparer cette célébration: merci!
À vous qui faites partie de la famille de Mme Pauline Vachon: merci!
À vous qui avez participé à cette célébration: merci!
À vous qui avez rendu un service liturgique pendant la célébration: merci!
À vous qui m'avez félicité et apporté des commentaires après la célébration: merci!
À Toi, Trinité mon amour, qui nous a portés, guidés, inspirés et aimés: merci!

Je ne dis pas que je veux passer tous mes samedis matins à présider des funérailles mais je sens en moi ce désir de continuer dans cette voie. Une nouvelle corde s'est ajoutée à mon arc. Une des questions que je porte souvent comme intervenant pastoral est que je me sens appelé à présider des célébrations et à commenter l'Écriture dans un cadre liturgique, ce que ma façon actuelle de vivre mon ministère d'agent de pastoral me permet peu. C'est parfois frustrant. C'en est au point où je me demande quelquefois si Dieu ne m'appelle pas à exercer un autre ministère... Eh! Bien! J'ai trouvé hier que j'étais totalement à ma place. Je perçois là un appel de Dieu à creuser.

Christ est ressuscité! Il est présent dans nos passages! Il est vraiment ressuscité!